choose your color

Les étudiants de l’institut Staps réclament de l’emploi

blog image

Les étudiants de l’institut Staps réclament de l’emploi


Les étudiants en sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps) ont protesté avant-hier devant le siège de la direction de l’éducation locale pour réclamer des postes de travail. Selon les initiateurs de ce mouvement de protestation, leurs revendications consistent en l’ouverture de postes budgétaires pour l’enseignement des sciences sportives au niveau des écoles primaires, la mise en œuvre de la loi organique datée du 25 octobre 2010, relative à l’ouverture et à la réservation de postes budgétaires, et la généralisation de l’enseignement des sciences sportives sur l’ensemble des paliers de l’éducation et de la formation.

“Nous revendiquons la reconnaissance de notre diplôme pour exercer aussi dans le palier primaire et au niveau des DJS”, ont-ils souligné. Selon M. Athmani, membre de la coordination nationale des étudiants Staps et étudiant à l’institut de Bouira, leurs revendications sont “légitimes”. “Cependant, nous sommes confrontés au mutisme et au mépris des autorités publiques aux ministères de l’Enseignement supérieur, de l’Éducation et de la Jeunesse et des sports. Actuellement, aucun responsable n’a daigné répondre à nos doléances !”, affirme-t-il.

D’autres étudiants de l’université de Bouira regrettent “le manque de cohérence” entre les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Jeunesse et des Sports et celui de l’Éducation nationale. “Nous sommes là pour manifester notre colère et notre ras-le-bol. Pourquoi instaurer un diplôme qui n’est pas sur le marché de l’emploi ?”, se sont interrogés plusieurs d’entre eux. “Chaque année, plus 1500 diplômés se retrouvent en chômage, faute de débouchés, et ce, à cause de l’incohérence entre le ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Jeunesse et des Sports”, fera remarquer cet étudiant gréviste.

Par ailleurs, les étudiants dudit département ont procédé hier matin à la fermeture du pôle universitaire de l’université Akli-Mohand Oulhadj. Ces étudiants exigent en outre, de la part des ministères l’Enseignement supérieur et de la Jeunesse et des Sports, l’amélioration de la qualité des formations et le recrutement des diplômés de cette filière au niveau des établissements de la jeunesse et des sports répartis sur le territoire national.